République Algérienne Démocratique et Populaire - Ministère de la Culture

Théâtre Régional d’Oran

L’histoire du Théâtre régional d’Oran :

PhotosBâti au début du 20eme siècle par l’architecte « INEZ », l’Opéra d’Oran est entré en activité depuis 1907. L’immeuble est couvert d’une partie en tuiles et d’une autre en terrasse avec une façade principale sur la place du 1er Novembre 1954. Sa superficie est de 10 Ares, de 99.5 mètres de longueur, de 18 mètres de largeur et de 22mètres de hauteur, avec une déviation  sous forme de minaret à chaque extrême de la façade.

Le centre de celle-ci est dominé par une statue géante représentant la déesse de l’Art avec une cithare à la main, deux autres muses placées cinq mètres en arrière, viennent donner de la profondeur à la perspective. L’entrée principale vers le hall est desservie par trois  rideaux de fer. Dans le hall de cette entrée se trouvent les guichets de service caisse.

Au 1er étage trois coupoles en vitrail surplombent les grandes marches. Elles donnent accès aux loges, au premier balcon ainsi qu’à l’intérieur du théâtre; le tout recouvert d’une terrasse en maçonnerie. Le centre de l’immeuble est réservé à la salle des spectacles et aux galeries qui y conduisent. L’arrière de l’immeuble, comprend la scène et les coulisses. A l’extrême arrière se trouvent, les loges des artistes, les salles de sonorisation et des costumes, réparties à travers les quatre étages qui forment l’immeuble.

Le Théâtre d’Oran, acquiert l’appellation d’Opéra d’Oran et est alors la propriété de la commune d’Oran jusqu’à mars 1963. Au lendemain de l’indépendance nationale, il est alors nationalisé au même titre que tous les autres théâtres d’Algérie, Il obtient alors l’appellation du T.N.A d’Oran puis T.N.O.A (Théâtre National de l’Ouest Algérien) et depuis le 14 Novembre 1972 celle du T.R.O (Théâtre Régional d’Oran).

Fiche technique du T.R.O :

Caractéristique :

A l’intérieur du théâtre, une grande salle pour accueillir le public, comprenant 602 sièges répartis ainsi :

  • 242 sièges au rez-de-chaussée
  • 81 sièges au premier étage
  • 48 sièges au deuxième étage
  • 136 sièges au couloir du deuxième étage
  • 95 sièges au couloir du haut du troisième étage

Construit sur un style architectural baroque, sa scène est conçue en cage à l’Italienne, placée en frontale vis-à-vis du public et abritant un important espace réservé à la machinerie théâtrale. La scène débute par une fosse des musiciens (recouverte actuellement), et offre une ouverture de cadre de scène de 9 mètres. Au delà de ce cadre, elle mesure 11 mètres de large sur 12 de profondeur.

La partie réservée aux artistes est composée d’une dizaine de loges, d’un fumoir, de salles de travail, ainsi que d’une salle de danse qui représente l’une des plus importantes dépendances artistiques du bâtiment central. Et avait été initialement érigée sur le magasin des décors. Lors de la récente rénovation, ce magasin a cédé de sa hauteur et sa superficie au profit de bureaux administratifs.

Parcours du Théâtre Régional d’Oran :

Bien avant son institutionnalisation, le théâtre d’Oran était déjà sur le terrain de la création et possédait sa propre troupe permanente qu’animait le regretté Ould Abderrahmane KAKI. En effet, des Janvier 1963, date de l’avènement, de la mesure portant nationalisation des théâtres d’Algérie, le théâtre d’Oran avait été placé sous tutelle du T.N.A. De ce fait, sa gestion tout artistique qu’administrative, se faisait à distance par ce dernier.

Cependant, la pratique artistique mettant à jour des besoins sans cesse croissants, avait rendu l’autonomie vis-à-vis de la direction générale plus que nécessaire. C’est ainsi que sont nées les premières décisions de déconcentration théâtrales avec la création en 1967, puis en 1971 du T.N.O.A (Théâtre National de l’Ouest Algérien), et du T.N.A.O (Théâtre National Algérien de l’Ouest). Ce n’est que le 14 Novembre 1972, que fut décrétée la décentralisation théâtrale. Elle venait ainsi consacrer le véritable acte de naissance du T.R.O.

Structure nationales à part entière, le T.R.O était, désormais devenu un théâtre décentralisé doté de son autonomie financière et de création. Depuis lors, le T.R.O n’a pas cessé d’œuvrer pour la promotion des arts dramatiques tant sur le plan régional que national. Il a, à ce jour, créé près de soixante trois pièces qui sont dans une large mesure, dues à des auteurs nationaux et internationaux.

Son répertoire dramatique recèle des œuvres qui s’inscrivent dans le genre aussi bien classique qu’expérimental. Les auteurs qui l’ont cependant marqué de manière indélébile sont bien Kaki et Alloula, tant il est vrai que l’ont ne peut le dissocier de ces deux figures emblématiques.

Si le domaine de la création était ouvert à la diversité des genres, le travail de diffusion fonctionnait, et fonctionne encore, sous la bannière d’une seule constante : celle de la diffusion large et massive du produit théâtral populaire. En effet, le souci de diffusion répondait à cette aspiration, quasi permanente, de l’édification d’un théâtre populaire. Raison pour laquelle le T.R.O est ouvert au minimum quatre fois par semaine, les lundis, mercredi, jeudi et vendredi. Les représentations pour enfants qui se déroulent, presque quotidiennement, au sein même des écoles viennent concrétiser cette volonté de toucher le large public.